Rechercher
  • Madame M

Est-ce que je veux un autre enfant?

La question du moment qui vient me dire bonjour tous les jours en ce moment...


Le problème, c’est que je ne sais pas si ça vient de moi, de la pression sociale ou encore de l’incapacité de certains parents à prendre soin de leurs enfants et du coup ça me pousse à vouloir faire bien, différemment ou « mieux ».


Tu sais il y a des « signes » et en ce moment ça n’arrête pas. Il y a eu l’anniversaire du décès de notre fils, donc forcément ça replonge dans une certaine « douceur » et en même temps ça réveille le fantasme d’avoir peut être eu l’enfant « parfait » : qui est en bonne santé, sage, intelligent, attentionné, qui ne vomit pas et qui ne fait pas caca... Je pense que j’ai une vision erronée des enfants, mais pour le savoir, il faudrait passer le cap et je n’arrive pas à savoir où me situer. J’ai sauté l’étape bébé, bambin avec le fils de mon cher et tendre. Je me suis occupée du jeune homme quand il avait 2 ans. Du coup j’ai l’impression d’avoir loupé une sacré étape. Comme si il manquait une partie du lien que nous avons créé dans notre relation belle mère - enfant. Encore une fois, c’est peut être moi qui fantasme du lien magique mère, enfant, valable aussi pour père, enfant.

Les week-ends en famille se passent de mieux en mieux, on revient de loin. C’est dur d’élever un enfant. En tant que belle maman, c’est franchement bizarre. Je suis en mi molle comme qui dirait. C’est dur de trouver sa place et de la garder. Je pense que j’ai trouvé la mienne et elle évoluera au fil des ans. Mais du coup vu que ça se passe bien, nous passons des moments agréables et je pense que c’est frustrant pour nous de ne l’avoir que de temps en temps : un week-end sur deux et la moitié des vacances. Et il nous manque des joueurs pour les jeux de société haha.


Ensuite, et je pense que c’est ce qui pèse dans la balance, je ne travaille plus vraiment. Tous mes contrats sont annulés et repoussés ? Jusqu’à quand ? Aucune idée. Et forcément je me dis, bah c’est peut être le bon moment. Même si je suis persuadée que c’est toujours le bon moment, à l’inverse de ce n’est pas le bon moment parce que ce n’est jamais le bon moment. Bref, je me suis comprise. Mais j’ai bien conscience qu’un enfant coûte de l’argent, que c’est une immense responsabilité enfin si on s’en occupe et je ne sais pas de quoi sera fait demain et encore moins après neuf mois de grossesse.

Tu te balades au parc et plus que d’habitude il y a beaucoup de femmes enceintes ! Je l’avais prédit : sacré confinement ! Haha. Du coup ça me replonge dans la grossesse. Même si le premier trimestre avait été compliqué, pour bébé, on est capable de tout.

Hier, j’ai lu un article sur : ces jeunes qui ne veulent pas d’enfants, un geste écolo ? Et je me suis dit super, je vais lire, ça va peut être m’aider haha QUENENI ! Je devais m’abonner au journal pour pouvoir lire la suite de l’article, dégoûtée ! Haha

Il y a aussi le, peut être qu’il faut que je me dépêche, pour que mes grands-parents puissent voir cet enfant. Mais ce n’est pas une raison. Notre famille vit loin aussi, du coup, nous ne pouvons compter que sur nous mêmes.


Puis il y a le, mais si c’est une fille ? Dans ce monde de cinglés.... Attention, ce monde là est tout autant horrible pour les petits garçons. Avec l’histoire de mon mari et la mienne, je t’assure que ce monde ne va pas.


N’oublions surtout pas que j’adore dormir !!!! Du coup ce n’est pas vraiment compatible.


L’argument de la descendance et de l’éternité, me dépasse complètement... Je me demande souvent si le monde en général n’est pas constamment dans le paraître, ce qui peut faire bien aux yeux des autres mais finalement complètement à côté de l’essence même de la vie.


Il y a la peur aussi qu’il y ait de nouveau problème de santé (vital ou non) avec le bébé et ça je ne suis pas du tout prête à revivre tout ça pour l’instant.


Il y a aussi l’enfant qui te demande : je voudrais bien avoir un petit frère ou une petite sœur... J’aurais quelqu’un avec qui jouer. Honnêtement c’est super mignon, même si tu dis non, tu as le droit à : mais pourquoi ? Bon et j’ai été super flattée qu’il me le demande à moi et pas à sa mère.


Pour le moment je ne vois que les côtés négatifs de cette « envie » qui s’est de nouveau réveillée. Et honnêtement je ne sais pas quoi en penser. Je ne crois pas à l’horloge biologique ou à l’instinct maternel... et quand j’écoute et je vois certain parents j’ai l’impression que ce n’est qu’une succession de soucis et surtout que ça a été la pire erreur de leur vie. L’inquiétude oui, mais c’est valable avec tous les enfants, dès qu’on en est responsable ou un minimum attaché.


Cet été, nous avons du aller aux urgences pour notre petit garçon, suite à une crise d’asthme. Nous avons été réveillé à 1 heure du matin à la campagne pour aller au plus vite aux urgences. Une fois l’incident terminé, avec mon mari, nous nous sommes regardés et nous nous sommes dit : « nous ne voulons pas d’enfant » et je lui ai rajouté « si un jour l’envie me vient, s’il te plaît, rappelle moi cet incident, ça devrait me calmer ».


Je me demande si ce n’est pas ça finalement la vie de parents...

Je suis jeune, je vais avoir 28 ans, mon « rêve » de petite fille d’avoir des enfants à 20 ans, s’est complètement éteint. J’ai l’impression d’être trop vieille haha et je me dis que c’est probablement la dernière année...


J’espère que cette lubie me passera, ou pas. Je me questionne sur un peu tout... c’est dur la vie :-)


J’ai la curiosité de voir la tête d’un mini nous, nous avons pu voir la tête de notre fils endormi pour l’éternité. J’aurais adoré découvrir, sa voix, son caractère, son âme et de pouvoir le voir évoluer.


Entre Alexandre et moi, je pense qu’il faudra être bien accroché niveau caractère haha.

Écrire et le partager me fait du bien. Cela me libère inconsciemment je pense. Je ne parle pas (encore ?) en détails de l’événement accouchement parce que ça a été très douloureux autant psychologiquement que physiquement.


Avec le temps, je commence à comprendre ce qui est et ce qui n’est pas important. Mise à part être en paix avec soi-même, être bien entouré, c’est la base. Une personne suffit, mais il faut que ça soit la bonne. Parmi tous les malheurs et les difficultés que j’ai pu rencontrer, je crois toujours en la vie et surtout en l’Amour. Et avec Alexandre comme Adoré et comme soutient, je sais que je suis prête à croquer et affronter la Vie. Je souhaite sincèrement à toute personne de rencontrer leur Alexandre.

Avec des êtres exceptionnels, nous pouvons vivre et survivre l’extraordinaire !

Prenez soin de vous et entourez vous de personnes qui en valent la peine.

/Madame M.

164 vues0 commentaire

©2020 par Tatiana Udry - neoswingfit@gmail.com